GameTronik - La Passion des Jeux Video : Actualité, Emulation et Roms, Abandonware, Manga, Animes

Gametronik - La Passion des Jeux Video : Actualité, Emulation et Roms, Abandonware, Manga, Animes

Roms

Rechercher un Jeu :

Emulation

Abandonware



AS #008 - Rick Dangerous, Atari

Par Wiegraf, le 28/10/2006, 00:30

Je suis un aventurier très célèbre. J'ai recherché le Saint Graal et l'arche perdue. Le temple maudit n'a plus de secret pour moi. Je suis l'aventurier le plus célèbre au monde.
Je suis... je suis ? Indiana J...
"Allez, poussez-moi ce rigolo de là."

*PSHHHHHH* *BOUUUUUM* *WAAAAAAHHHH*

"Voila, c'est bien mieux. Hé hé hé"

"Salut les p'tits gars, moi, c'est Rick, Rick Dangerous. Alors comme ça, vous prenez Indiana Jones pour un aventurier ? Laissez moi rire. C'est une vraie lopette. Comparé à moi, c'est un petit enfant de chœur. Ah ah ah. Si vous vous voulez voir un aventurier, un vrai de vrai, un dur à cuire,... Accompagnez moi dans l'une de mes aventures."





Genre : plate-forme
Éditeur : Core Design
Date de sortie : 1988
Plate-forme de la chronique: Atari


Une fois le jeu lancé, le ton du jeu est donné immédiatement. Vous n'aurez pas fait quelques pas que, à mon humble avis, vous serez déjà mort. En effet, à cette époque, les jeux étaient en général d'une difficulté assez poussée. Et celle Rick Dangerous l'était encore plus.
Ici, pas de temps d'adaptation, pas de petit tutoriel, non non non, rien de tout ça. Vous êtes lâchés directement en zone ennemi. C'est d'ailleurs pour cela que le premier piège du jeu se déclenchera une fois que vous aurez parcouru les premiers mètres du jeu. Vous aurez alors à traverser quelques écrans poursuivis par une grosse pierre dont le seul but est de vous transformer en crêpe. Le ton est donc donné dès le départ.


Dès vos premiers pas, les autochtones essayeront de vous déguster en crèpe.


Un peu plus loin, vous vous rendrez compte que les ruines que vous êtes en train d'explorer ne sont pas vides. Vous rencontrerez très rapidement des autochtones très "amicaux" qui ont l'air de vous porter un grand intérêt, culinairement parlant. En clair, ils veulent vous bouffer.

"Je je suis pas très doué pour les langues, mais, malgré ça, j'ai toujours eu l'art de me faire comprendre des indigènes. Rien ne vaut un bon bâton de dynamite pour faire sauter la barrière linguistique.
Vous l'aurez compris, moi, je ne fais pas dans la dentelle. Si y a un truc qui m'énerve, je dynamite, je disperse, je ventile... "



Comme vous l'a si bien expliqué Rick, vous vous frayerez chemin au travers de ces ennemis à coups de flingue et de bâtons de dynamite. Mais attention, vous n'avez que 6 balles et 6 bâtons. Donc, vous serez parfois amené à devoir esquiver les ennemis jusqu'à ce que vous trouviez de quoi refaire vos réserves de munitions. Vous pouvez aussi faire le choix de les pousser vers les différents pièges du coin, ce qui est bien plus économique.


Rien ne vaut un petit coup de flingue pour se frayer un chemin au travers de la "faune" locale



Toutefois, ce ne sont pas ces ennemis qui ont une attitude très scriptée (ils tournent souvent en rond) qui vous poseront le plus de problèmes car eux, au moins, ils sont visibles. Non, ce qui vous empêchera vraiment d'avancer, ce qui vous fera douter tout au long du jeu, ce qui vous surprendra et vous fera sursauter, ce sont les pièges. En effet, ils sont, pour la plupart, très vicieux et ont le malheur de mettre un terme à votre aventure d'une manière définitive (tout comme les ennemis).
En fait, le véritable problème, c'est que, lors de votre découverte du jeu, rien n'indique les pièges qui vous attendent. Ils sont tous très différents les uns des autres de part leur nature (pics, flèches empoisonnées, ...) ou de leur mode de déclenchement. Dans un sens, ça paraît logique car, en général, quand on pose un piège, c'est pour qu'il ne se remarque pas jusqu'au moment fatal, mais ici, ça ne nous arrange pas du tout.


Cette pièce est truffée de pièges. Attention où vous mettez les pieds.



Rien ne permettant de déterminer du premier coup d'œil, à coup sûr, LE passage qui vous conduira à l'autre bout de la pièce, vous ne pourrez donc que faire des suppositions sur l'emplacement des pièges. Mais, au final, la seule vraie solution sera de se prendre le piège en pleine poire pour savoir où il se situe et d'avoir une bonne mémoire pour ne pas se le repayer par la suite.
Pour illustrer cela, voici un petit exemple:


Problème rickéen: l'une des deux échelles cache un piège mortel. Laquelle prendre ?



Fort heureusement, deux choses vous sauveront si vous voulez absolument voir la fin du jeu. Tout d'abord, les points de contrôle sont assez réguliers. Donc, en cas de mort (très probable), vous n'aurez pas à tout refaire depuis le début. Ce n'est pas grand chose (et non suffisant), mais c'est toujours bon à prendre.
La deuxième aide vient des différentes équipes de "pirates" qui ont mis à disposition de nombreuse versions permettant d'avoir les vies à l'infini. Personnellement, je dois admettre que ce n'est pas de trop, car, même avec ça, je n'avais jamais réussi à finir le jeu à l'époque (à cause du passage ci-dessous).
Vous pourrez donc, grâce à cela, tenter, re-tenter et re-re-tenter chaque passage jusqu'à ce que vous trouviez le chemin qui permet d'aller visiter la zone suivante.


Le passage le plus dur de Rick dangerous 1 et 2 réunis. Vous vous y prendrez à maintes reprises avant d'arriver à franchir cette salle.



En parlant de zone suivante, tout ne se passera pas dans ce vieux temple d'Amazonie. Vous irez ensuite explorer un tombeau égyptien (avec ses momies...) pour récupérer un joyau, puis un chateau européen et enfin, une base militaire. Bref, vous aurez de quoi faire tout au long de ce jeu.


"Allez les p'tit gars, bougez-vous un peu les fesses et montrez-moi ce que vous avez dans le ventre en essayant ce jeu. Et ne vous inquietez pas, je ne mords pas... pas comme ces indigènes. héhé"

En conclusion, Rick dangerous est un jeu à découvrir absolument. Il fait parti de ces jeux cultes de la bonne époque de l'Atari auxquels il faut absolument jouer. Je peux vous assurer que vous comprendrez ce que veut réellement dire le mot "difficile" une fois que vous l'aurez essayé.
Au passage, il est à noter qu'il existe un deuxième épisode dont la difficulté a été légèrement revue à la baisse où Rick endosse le costume (assez kitch) d'un super héros.

les émulateurs Atari
la ROM de Rick Dangerous

Laissez un commentaire.

Ce sujet a été lu 4535 fois.

13 Commentaire(s) -


zordric - le 28/10/2006, 00:44
Ah! Ce bon vieux Rick Dangerous! Je n'y ai que peu joué, mais j'en garde le souvenir impossible de mon enfance. Cela fait parti des jeux de l'époque où il faut se manger tous les pièges et avoir une mémoire d'éléphant pour aller tous les jours un peu plus loin.

Il va falloir que je le réessaye.

Bonne chronique, comme d'habitude.


PhoenixFeather - le 28/10/2006, 00:49
Salut,

Sympa cette idée de faire intervenir le protagoniste


Dark Kariya - le 28/10/2006, 00:52
Un jeu pionnier de la ST, où avec mon frère, on n'arretait pas de s'arracher les cheveux, tellement c'était difficile. La preuve, on n'a jamais fini le temple en Amazonie. Si en plus il y a encore 3 zones...
J'apreciais surtout les piques déguisés en soleil, les pans de mur dans la gueule quant on était trop lent,...


Rom1 - le 28/10/2006, 00:57
il me semble que je n'y ai jamais joué, en tout cas il a l'air excellent, tout comme ton AS Wiegraf


Wiegraf - le 30/10/2006, 15:41
Citation (Dark Kariya @ 27/10/06 - 23:51)
Un jeu pionnier de la ST, où avec mon frère, on n'arretait pas de s'arracher les cheveux, tellement c'était difficile. La preuve, on n'a jamais fini le temple en Amazonie. Si en plus il y a encore 3 zones...

Moi, je n'avais jamais réussi à passer l'un des passages en égypte.


surcouf - le 17/11/2006, 18:38
Citation (Wiegraf @ 30/10/06 - 15:40)
Moi, je n'avais jamais réussi à passer l'un des passages en égypte.


oui je n'ai pas réussi a le finir
un stress pas possible apres une demi heure plus un poil de sec
cela dit quand on a perdu on a envie de recommencer des mazos quoi
la seul différence avec moi c'étais sur Amiga
qu'elle belle époque


darksteph - le 01/12/2006, 01:42
Alors pour moi j'ai connu ce jeu sur mon premier PC (un x86 sans disque dur qui tournait à la vitesse phénoménale de 12MHz et avec un écran CGA monochrome)

Je n'ai jamais réussi à dépasser le 1er niveau tellement ce jeu etait difficile, pourtant j'y ai passé quand même pas mal de temps (en quelques milliers de parties)

Sinon chapeau pour cette chronique

++


bebertii - le 01/12/2006, 17:52
Bien qu'ayant été l'heureux propriétaire d'un Atari ST, c'est sur amstrad que j'ai découvert ce jeu.
Un ami à moi me l'avait fait essayer. Je n'ai pu y jouer que quelques fois mais c'est un jeu qui m'est resté en mémoire comme un des meilleurs de mon enfance


helios - le 03/01/2007, 17:37
Un bon vieux jeu que j'ai encore en VO sur mon ST.
Toutefois, je n'ai plus essayé de le faire fonctionner depuis quelques années, la ROM sera donc bien utile pour le redécouvrir ... Merci


Wiegraf - le 04/01/2007, 14:22
Citation (helios @ 03/01/07 - 17:36)
Un bon vieux jeu que j'ai encore en VO sur mon ST.
Toutefois, je n'ai plus essayé de le faire fonctionner depuis quelques années, la ROM sera donc bien utile pour le redécouvrir ... Merci

par ici pour la rom: http://www.gametronik.com/site/fiche.php?c...=Rick+Dangerous


zordric - le 04/01/2007, 15:03
Citation (helios @ 03/01/07 - 17:36)
Un bon vieux jeu que j'ai encore en VO sur mon ST.
Toutefois, je n'ai plus essayé de le faire fonctionner depuis quelques années, la ROM sera donc bien utile pour le redécouvrir ... Merci

la rom est en bas de la chronique, il suffit de suivre le lien et tout est bon

Et ben alors Wiegraf, on ne vérifie pas ce qui figure dans ses propores chroniques


Wiegraf - le 05/01/2007, 15:36
Citation (zordric @ 04/01/07 - 15:02)
Et ben alors Wiegraf, on ne vérifie pas ce qui figure dans ses propores chroniques

Non, je n'ai pas vérifié que tu avais mis le lien au bas de ma story


rick dangerous - le 06/01/2007, 22:19
Ah Rick Dangerous

Superbe chronique , perso j'ai connu Rick Dangerous sur CPC Amstrad aussi

Ajouter un commentaire





 
RSS
Get 7-Zip!