CR #083 - Dragon Ball Z: L'Appel du Destin - Forum Gametronik
IPB

Bienvenue invité ( Connexion | Inscription )

 
Reply to this topicStart new topic
> CR #083 - Dragon Ball Z: L'Appel du Destin, MegaDrive
bigvilo
posté 26/11/12 - 10:59
Message #1


Adepte des Simple 2000 Series
********

Groupe : Admin

Messages : 5 894
Inscrit : 23/05/06
Lieu : Dans un lit, en général
Membre no 24 201
GTrons: 1397



CR #083

Dragon Ball Z: L'Appel du Destin

(sorti en 1994 sur MegaDrive)



Aaah, les années 90... Que de souvenirs: le club Dorothée, les goûters avec les copains du CM1, les mercredis après midi dans les parcs à faire des foots jusqu'à ce qu'il soit l'heure d'aller manger... Et quand on rentrait, on avait le droit de jouer un petit moment sur la console du grand frère sur sa petite télévision cathodique 33cm. Et à l'époque, deux consoles étaient des icônes auprès de la jeunesse: la Super Nintendo de Nintendo, et la MegaDrive de SEGA. Une époque 16-bits que beaucoup regrettent aujourd'hui, où on a presque plus besoin de mettre un DVD dans sa console...
Et à l'époque, c'était la guerre SEGA/Nintendo, à coup de mascottes aux couleurs des firmes et de projets originaux plus impressionnants les uns que les autres (les regrets se portent peut-être aussi sur ce point), et il faut dire que ça surpassait de chaque côté des tranchées. Au milieu des jeux exclusifs made in SEGA ou made in Nintendo, on avait quelques rares jeux d'éditeurs tiers qui arrivaient à rester exclusifs à une console. Ce fut notamment le cas avec les jeux dérivés du dessin animé Dragon Ball Z, qui, même s'ils étaient peu nombreux par rapport à ce qui se faisait au Japon, apportaient souvent un minimum de qualité et de fidélité à l’œuvre de Toriyama (sauf peut-être Ultime Menace sur SNES qui est en dessous des autres productions de la licence sur cette console). Mais cependant, les joueurs de la MegaDrive étaient moins bien lotis à ce niveau que les joueurs de Super NES, car quand il est sorti quatre titres en Europe sur cette dernière, contre un seul sur MegaDrive.
A l'époque, quand il s'agissait de parler consoles de salon, j'étais un pro SEGA, bien que j'avais une NES et une Atari 2600. Cette console m'en mettait plus dans la vue que la SNES, c'était vraiment une borne à la maison. Alors, vous vous doutez bien que je vais vous parler de l'épisode sorti sur la MD.
Et ce qu'on peut dire, c'est que les joueurs français de la MegaDrive (dont je faisais partie donc) ont eu le droit à un épisode qui est resté longtemps une exclusivité à l'Hexagone, avant de sortir quelques années plus tard au Portugal sous le simple nom de "Dragon Ball Z": il s'agit de Dragon Ball Z: L'Appel du Destin.



Dragon Ball Z: L'Appel du Destin est le seul jeu adapté du manga et de la série DBZ sur la 16-bits de SEGA. Il s'agit d'un jeu de combat un contre un où vous pourrez choisir parmi 11 personnages de la période Freezer/Cell. Votre but: taper celui qui vous barre la route, pour passer au combat suivant. Pour cela, vous pourrez utiliser vos poings, vos pieds et les différentes techniques que vous avez pu voir au cours des épisodes vus chez Dorothée, à savoir boules d'énergie plus ou moins puissantes et exclusives (ou partagées) aux personnages utilisés. Le jeu se déroule donc en un contre un, pas de tag ou de match en double.
L'action se passe en vue de côté comme tout bon jeu de combat de l'époque, où vous pourrez vous déplacer sur terre ou dans les airs dans la zone de combat délimitée, qui varie de taille selon le décor que vous choisirez (ou qui vous sera imposé). Le jeu dispose de deux modes: Histoire, où vous affronterez à tour de rôle vos adversaires suivant ou non, selon les personnages, une bribe d'histoire en rapport avec la période que couvre le jeu.
La prise en main se fait à 3 boutons: A pour les coups de poing, B pour les coups de pied et C pour s'envoler/atterrir. A vous ensuite de faire des quarts de cercle et autres manipulations bizarres pour exécuter Kaméhaméha, Masenko ou autre Final Flash.


Choisissez votre personnage et votre destinée... Et c'est parti pour l'aventure!


Une nouvelle fois pour un jeu MegaDrive, je l'ai découvert chez mon cousin, fan de la série animée, qui m'a vite refilé le virus des aventures de la bande à Sangoku. Mais comme tout bon gosse de moins de 10 ans qui se respecte, les dessins animés ne sont pas suffisants pour s'immerger totalement dans un univers, et donc on en redemande grâce à tout ce qui est produits dérivés (figurines, magazines, jeux...), c'est pourquoi je n'arrêtais pas de le harceler pour qu'il me laisse jouer à ce jeu fraîchement acheté en magasin. Et quand j'ai enfin pu mettre la main dessus, c'était l'extase: c'était tellement beau pour l'époque que je me croyais en train de jouer au dessin animé! Oui, quand on est gosse, un rien nous impressionne.
Mais le plaisir de jeu n'est pas total quand on est gosse et qu'en face, on a un squatteur du jeu, encore plus fan de DBZ que soi-même: alors on essaye de donner des coups de poing et des coups de pied dans le mode Versus, en espérant que si on appuie assez dessus, une technique spéciale (comme par exemple une boule d'énergie) sorte. Mais ce n'est jamais le cas et en général on se fait ratatiner, en ayant tout juste sorti une petite boule de feu au pif au cours du combat, trop éloignée pour atteindre le personnage ennemi. Alors on s'arrête, et vu qu'on est pas bête, on regarde le cousin jouer tout seul, et on découvre enfin la vérité: les quarts de cercle voir tiers de cercle permettent de lancer une technique spéciale! Du coup, au versus suivant, j'impressionne mon cousin en lui tenant la dragée haute pendant quelques secondes et j'arrive à lancer le surpuissant Kaméhaméha de Sangoku (bah oui, quand on est jeune, on prend toujours les gentils). Et ça fait du bien, surtout quand on entend notre personnage dire sa petite phrase en midi sur ces musiques majoritairement atroces!


Lors d'un tournoi ou dans la Salle de l'esprit et du temps, ça va faire mal!


Et puis plus tard, on hérite de la console, devenue désuète à cause de l'arrivée des consoles 3D que sont particulièrement la Nintendo 64 et la Playstation. Et heureusement, le jeu est toujours présent dans la liste des jeux cédés. De quoi se replonger dans la saga une nouvelle fois, après l'avoir laissé quelques temps de côté, vu que la diffusion à la télévision devient difficile (merci Ségolène Royal). Alors, j'ai enfin pu tâter du mode histoire, différent en fonction du personnage du manga que l'on souhaite incarner. Il faudra faire face à 7 adversaires avant de devoir affronter celui qui est sensé être le "boss". Également selon les personnages, il y aura un minimum d'histoire pour insérer cette série de combat, avec une cinématique en début et en fin de mode. Mais allez faire un mode histoire avec Likum... Ce n'est donc pas aussi bien élaboré qu'un RPG, surtout quand on voit la traduction digne d'un enfant de CE1 qui donne envie de rire à chaque fois. Et alors?! On a bien appris dans l'animé que le nom du personnage principal est tiré d'un légume (bah oui, Kakarot, ça se rapproche de la carotte, même si ce légume ne se dit pas ainsi en japonais).
Alors on retombe dedans avec bonheur, sauf que depuis le petit bambin que j'étais a grandi et voit un peu plus les défauts du jeu: rythme lent, phase aérienne moyenne, éventail de coups assez restreint... Mais c'est pas grave, on a un Dragon Ball entre les mains et on fait des boules de feu dans un stade rempli de gens sans qu'ils ne soient choqués ou qu'ils n'aient peur de se les prendre dans la figure! Et sachant que les jeux sur cet univers étaient assez peu nombreux à sortir en France et encore plus sur des consoles de SEGA, on en profitait au maximum, mais ça il me semble que je vous l'ai déjà dit!


Cell l'a appris à ses dépends...


Verdict:

Graphismes: 8,5/10
Son: 6/10
Prise en main: 7/10
Durée de vie: 7,5/10

Avec ces musiques pas vraiment dans l'esprit de la série, une vitesse de jeu assez lente pour un jeu de combat et une traduction française à ne surtout pas compter, on pourrait croire que ce Dragon Ball Z: L'Appel du Destin est un jeu plus que moyen. Au contraire: ce jeu reste fidèle à la série graphiquement et dans ses coups (peu nombreux) reconnaissables en fonction des combattants. Si ce n'est pas le meilleur jeu de combat de la MegaDrive, il n'en demeure pas moins qu'un excellent jeu pour les nombreux fans de DBZ.



Vous pouvez retrouver ce jeu sur GameTronik à cette adresse: Dragon Ball Z: L'Appel du Destin
Et sa version No-Intro: Dragon Ball Z: L'Appel du Destin


--------------------
Go to the top of the page
 
+Quote Post

Reply to this topicStart new topic
1 utilisateur(s) sur ce sujet (1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s))
0 membre(s) :

 



RSS Version bas débit Nous sommes le : 05/12/19 - 21:07